Impressions new-yorkaises

Et voilà qu’on sort de cette bouche de métro, et que ce sentiment de démesure met tous nos sens en éveil. Tous ? Presque. On voit la foule, on voit les buildings, on sent les odeurs qui prennent le nez, on entend ce doux bruit du taxi jaune qui roule et qui klaxonne et on se dit : ça y est !

Oui parce que New York c’est New York : on croit connaitre cette ville parce qu’on a vu d’innombrables photos, films et séries qui se passent là. Et pourtant, la magie opère. Je parle de magie parce que quand j’étais plus jeune, New York me paraissait être un lointain rêve inaccessible, avec ce livret photos et ce guide reçus en clin d’œil par mes proches comme pour me dire : un jour tu iras.

Alors voilà qu’à peine arrivés on se retrouve devant le mémorial du 11 septembre et qu’un sentiment me prend et ne va plus me lâcher du séjour : l’émotion. Alors oui l’émotion provoquée par ce lieu n’est pas la même qu’en haut du Top of the Rock (et heureusement), mais oui pendant ce voyage, j’étais ému. Emu par les deux trous où s’élevaient il y a plus de 17 ans deux tours de 400 mètres, ému par la vue sur Manhattan et l’Empire State Building tout en haut du Rockefeller Center, ému lorsque depuis ce bateau j’aperçois la Statue de la Liberté.

On connait tellement ces lieux de manière virtuelle qu’un sentiment bizarre nous parvient de temps en temps : est-ce qu’on est vraiment là ? Ou c’est juste un décor de film ? Nan mon gars c’est bien vrai ! À chaque fois que l’on s’arrête devant un lieu emblématique je me dis : profite, profite de ce moment !

Profite de cette visite du Madison Square Garden où on peut voir les vestiaires des Knicks de New York, équipe NBA de la ville (alors oui ça c’est un problème, car la saison de NBA redémarre en octobre et on ne peut donc pas assister à un match à mon plus grand désespoir .. les vestiaires rattrapent bien le truc :-)). On est dans cette salle mythique, et étant un fan de basket ça ne peut que me remplir à nouveau d’émotion, surtout après avoir fait des emplettes au NBA Store sur la 5ème Avenue, un vrai gamin !

Profite aussi de cette messe gospel du dimanche matin, de ses chants qui te font hérisser les poils, du discours du pasteur plus proche d’un speech de motivation que d’une messe traditionnelle, de cette ambiance qui te pousse à faire de câlins de communion à de parfaits inconnus.

Profite ensuite de Central Park où un sentiment de liberté nous envahit. Pourquoi ? Parce qu’on peut enfin respirer à pleins poumons ! Et que le parc est tellement grand que même si beaucoup de monde y va, on se sent moins à l’étroit et on apprécie grandement la nature (le tour en barque : check)

Et pourquoi pas profiter du métro ? On profite de cette rame de métro où des asiatiques sont devant nous, une famille afro-américaine à côté, une personne transgenre de l’autre côté, un grand rabbin un peu plus loin, et tout le monde s’en fout et trouve ça normal, et c’est ça qui est génial. Les différences sont tellement énormes que tout le monde passe inaperçu !

Mais enfin et surtout, sois ému et profite de Times Square, car si Central Park est le poumon vert de New York, Times Square en est le cœur. La foule, les lumières, les écrans, le bruit, les costumes, les magasins, c’est ici que ça se passe quelle que soit l’heure !

Pour conclure, je pense que New York ne se visite pas, cette ville se vit, il faut prendre le temps d’accepter que les Coca de 1L soit la norme ! La Grosse Pomme c’est un peu n’importe quoi, et c’est pour ça qu’on l’aime tant ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *